Communication avec les défunts :


Médium spirit, je vous mets en contact avec nos chers disparus afin de vous délivrer leurs messages.

 

Les défunts ne vous feront pas de prédictions ! Ils vous conseillent, vous guident, vous réconfortent. Ils répondent aussi et surtout à vos interrogations !

 

Lors d’une séance, le défunt se présente alors à moi, cela se manifeste par des images, des objets favoris, une odeur particulière, des attitudes, des gestes, des mots qu'ils avaient l'habitude d'employer de son vivant afin que vous puissiez le reconnaître.

Chaque contact est unique, différent et propre à chacun. Aucunes consultations ne se ressemblent, elles sont très fortes en émotions.  Je vous transmets ce qu'ils doivent vous communiquer ! A ce moment là, mon rôle est très effacé, je ne suis que l’interprète de votre conversation. La séance est remplie, de paix, de sérénité et d’amour.

 


En Cabinet  : 

 

Vous devez vous munir d’une du photo du défunt (de préférence seul sur la photo). La séance est enregistrée vous pouvez aussi écrire la communication.

 

La séance en cabinet entre 45mn à 1h: tarif : 50 €

 

Contact avec défunt par téléphone

50,00 €



Lisez et relisez ce sublime poème de Charles Péguy (1873-1914) qui préfigure le dramatique destin de l’écrivain, tombé à Villeroy, la veille de la bataille de la Marne.

 

La mort n’est rien

 

La mort n’est rien, je suis simplement passé dans la pièce à côté.

Je suis moi, vous êtes vous.

Ce que nous étions les uns pour les autres,

nous le sommes toujours.

Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,

Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait,

N’employez pas un ton solennel ou triste,

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble,

Priez, souriez, pensez à moi,

Que mon nom soit prononcé comme il l’a toujours été,

Sans emphase d’aucune sorte, sans trace d’ombre,

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié,

Elle est ce qu’elle a toujours été.

Le fil n’est pas coupé,

Simplement parce que je suis hors de votre vue.

Je vous attends. Je ne suis pas loin.

Juste de l’autre côté du chemin.

Vous voyez : tout est bien.

 

Charles Péguy

 

 

Poème de William Blake 

 

 

 

 

 

Voici que je me tiens sur le rivage de la mer.

Un navire appareille.

Il déploie ses voiles blanches à la brise du matin et cingle vers l'océan.

C'est là un objet de beauté, et je restais à le regarder jusqu'à ce qu'enfin, il s'efface à l'horizon, et que quelqu'un à mes côtés dise : « Il est parti ».

Parti où ? parti de ma vue, c'est tout.

Il garde la même taille, mâts, bastingage, et coque, que lorsque je le voyais, et il est tout aussi capable de porter son fardeau et son fret vivant à sa destination.

Qu'il diminue, qu'il échappe totalement à ma vue, voilà qui est en moi, pas en lui ;

Et juste au moment où quelqu'un dit à mes côtés : « il est parti », voici que d'autres le regardent venir et d'autres voix s'élèvent : « Le voici, il vient ».

C'est cela qu'on appelle mourir.

 

William Blake